MaliKonokow.com

MaliKonokow.com

Interpellé avec Choguel Maîga cet après-midi et après une longue audition au cours de laquelle j’ai assumé ‘Les 10 commandement de la désobéissance civile » et mon rôle et ma place au M5-RFP, malgré mon refus catégorique de partir sans mes camarades j’ai été « expulsé manu militaru » à 23 heures du camps 1 sur protestation énergique du Bâtonnier.

Mountaga-Tall

Mountaga Tall

Capture d’écran 2020-07-12 à 01.56.53Dans un discours lu sur les ondes de l’ORTM, le président Keita, dos au mur a décidé d’abroger le décret de nomination des membres de la cour constitutionnelle.

IL a rassuré que M. Soumaila Cissé sera bientôt liberé.

 

#Mali : Urgent – Le president de la république a abrogé le décret de nomination des membres de la cour constitutionnelle. Une première victoire pour le #M5FRP

 

Le président du sénat ivoirien Jeannot-Ahoussou Kouadio a été diagnostiqué positif à la Covid-19 après des examens médicaux en Allemagne où il poursuit son traitement, a appris APA samedi de source officielle. «  M. Jeannot Ahoussou-Kouadio, président du Sénat porte à la connaissance de l'opinion publique nationale qu'il s'est rendu comme à l'accoutumée en Allemagne pour un bilan général de santé... A l'issue des examens médicaux réalisés, M. Jeannot Ahoussou-Kouadio a été diagnostiqué positif à la COVID-19 », rapporte un communiqué signé par Simplice Yao Konan, le directeur de cabinet du président du Sénat.

« M. Jeannot Ahoussou-Kouadio poursuit son traitement en Allemagne où il séjourne et voudrait rassurer l'ensemble de ses concitoyens sur son état de santé considéré comme globalement satisfaisant », assure M. Yao.

Le président du sénat ivoirien, Jeannot Ahoussou-Kouadio a quitté Abidjan le 02 juillet dernier pour se rendre en Allemagne où il est arrivé le 03 juillet 2020 après avoir transité par Paris en France, conclut le communiqué.

La Côte d'Ivoire enregistre à ce jour 12 443 cas confirmés de maladie à Covid-19 dont 6357 guéris et 82 décès.

Cet article Le président du Sénat ivoirien diagnostiqué positif à la Covid-19 en Allemagne est apparu en premier sur Journal du Mali.

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a été investi samedi par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), son parti pour briguer un deuxième mandate à l'occasion de l'élection présidentielle prévue en novembre prochain.M. Kaboré, 63 ans, a été investi lors d'un congrès extraordinaire du MPP présidé par son président, Simon Compaoré.

 «Le congrès extraordinaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) investit solennellement le camarade Roch Marc Christian Kaboré comme son candidat à l'élection présidentielle », a déclaré M. Compaoré.

Pour cette présidentielle de novembre prochain, Roch Marc Christian Kaboré, devra affronter plusieurs candidats. Il s'agit notamment de l'ex-Premier ministre Désiré Kadré Ouédraogo, d'Eddie Komboïgo, du président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, le parti de Blaise Compaoré) et du chef de file de l'opposition, Zéphirin Diabré. Le président Roch Marc Christian Kaboré, a été élu en 2015 avec 53,49% des voix.

Cet article Burkina Faso: Roch Kaboré investi par son parti candidat à la présidentielle de novembre est apparu en premier sur Journal du Mali.

Après le déclenchement de la désobéissance civile par les leaders du M5-RFP, des violantes affrontements ont déclenché entre les manifestants et les forces de l’ordre. Plusieurs leaders du mouvement de contestation ont étés arrêtés et des fidèles de l’Imam Dicko déterminé tente tout pour éviter l’arrestation de l’autorité morale du M5-RFP.
unnamed (3)
Après une première tentative d’arrestation échouée selon Oumar Mariko, Président du parti Sadi et membre du M5-RFP. Une seconde serait en cours actuellement peut-on voir dans les vidéos en direct sur les réseaux sociaux. Les affrontements sont toujours en cours non loin du domicile de l’Imam selon plusieurs sources dont la page officiel de la CMAS.
Le discours du président IBK est attendu ce soir , un discours qui va certainement apaiser le climat socio-politique très tendu nôtre notre pays.
Au terme d’une réunion du Comité de crise du M5-RFP tenue ce jour 11 juillet 2020 au Siège du Chef de file de l’opposition Badala Sema-Gexco, des agents, commandés par un certain Doucouré, y ont fait irruption et violenté des responsables du Mouvement qui attendaient de signer une Déclaration validée par ladite réunion (voir document en photo).
unnamed (1)
Lesdits agents, après avoir nous tenus à  joue et récupéré tous nos téléphones, ont identifié et amené Choguel Kokalla Maiga et Me Mountaga Tall.
Nous autres, Souleymane Koné, Abdel Kader Maiga et Ibrahim Ikassa M. avons été initialement arrêtés dans la salle de réunion par un autre agent lourdement armé, et une fois au dehors, la foule qui se trouvait devant les locaux ont dissuadé ledit agent armé de nous amener, les autres éléments ayant disparu avec leurs otages Choguel et Mountaga, ainsi que les téléphones de Souleymane Koné.
Par la suite, nous avons protégé l’agent armé abandonné par les autres contre la clameur populaire qui montait jusqu’à ce qu’il ait rejoint des policiers en faction devant une résidence se trouvant la même rue.
Il apparaît clairement que le régime IBK se fascise et piétine tous les principes républicains et libertés constitutionnelles des citoyens : répressions injustifiées et tirs à balles réelles, arrestations arbitraires et violations des sièges de partis et associations politiques.
Nous prenons l’opinion nationale et la communauté internationale à témoin que le régime IBK répond aux revendications justes et pacifiques par la brutalité gratuite avec son lot de morts, de blessés et d’arrestations arbitraires, de saccages des lieux,…
Le Peuple malien reste debout,  et l’autoritarisme ne passera pas!
Vive la République!
Vive la Démocratie!
Vive le MALI!
Ibrahim Ikassa M.
M5-RFP
Le Peuple malien et tous les observateurs et amis du Mali témoignent, de façon unanime, que le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) a situé toutes ses actions dans le cadre de la loi et de la légitimité.
M5-RFP-1er-juill
Après les rassemblements des 5 et 19 juin 2020, le M5-RFP a encore, de façon exceptionnelle, mobilisé le 10 juillet 2020 à Bamako, sur l’ensemble du territoire national et dans la Diaspora, des millions de Maliennes et de Maliens pour dire non à la corruption, à l’impunité, à la malgouvernance, et demander légitimement la démission de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA et de son régime oligarchique et ploutocratique.
En effet, face au refus de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA d’écouter le Peuple, le M5-RFP a, en toute responsabilité, appelé nos compatriotes à exercer leur droit constitutionnel de désobéissance civile pacifique décliné en dix (10) points assortis de recommandations fortes pour éviter tout débordement ou violence.
C’est ainsi que, déjà depuis la place de l’indépendance, un des éléments infiltrés lourdement armé a été démasqué, protégé et remis aux forces de l’ordre.
Par la suite, des manifestants ont pacifiquement occupé la cour de l’ORTM, près de deux (2) heures pendant lesquelles des responsables du M5-RFP, présents sur les lieux, ont rappelé aux militants les consignes de retenue et de non-violence constamment données par le Comité stratégique. Le professionnalisme des forces de sécurité présentes, qui fraternisaient quasiment avec les manifestants a été salué par les mêmes responsables ainsi qu’en témoignent des enregistrements vidéo.
C’est alors qu’à la surprise générale, paniqué par ces scènes de fraternisation, le régime de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita a envoyé ses éléments de répression avec des consignes claires : réprimer et tuer. Ainsi, avec les premiers tirs à balles réelles, la manifestation pacifique a été violemment dispersée par ces forces de répression.
Les morts, les blessés graves, les douilles de balles ramassées sur les lieux confirment la volonté claire et préméditée de tuer de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita qui, sans aucun doute, a utilisé des forces parallèles aux forces régulières de sécurité de notre Pays. En témoignent, d’ailleurs, les langues étrangères utilisées par beaucoup d’agents de ces forces, ainsi qu’ont pu le constater de nombreux citoyens.
Des responsables du M5-RFP dont Issa Kaou N’Djim, Adama Ben Diarra, Oumarou Diarra et de nombreux militants ont, par la suite, été arrêtés ou enlevés en dehors de toutes règles et au mépris de leurs droits les plus élémentaires.
Le Siège du M5-RFP a aussi été attaqué et saccagé par des éléments de répression encagoulés et venus à bord de SOTRAMA, qui ont emporté des documents et matériels, et empêché les militants et responsables d’y accéder.
Ces assassinats, arrestations et attaques, loin de démobiliser ou intimider le Peuple malien, le renforcent dans sa conviction que Monsieur Ibrahim Boubacar Keita, ayant déjà la mort de milliers de civils et de militaires sur la conscience en raison des détournements des fonds alloués à l’équipement des Forces de défense et de sécurité, a désormais les mains tachées du sang des victimes innocentes froidement abattues à Sikasso, Kayes et Bamako.
Il est aujourd’hui clair que les prétendus appels au calme ou autres mains tendues de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita, véritables opérations de communication éculées qui ne trompent plus personne, ne changent en rien la réalité des faits : Monsieur Ibrahim Boubacar Keita doit DÉMISSIONNER.
En conséquence, le M5-RFP tient Monsieur Ibrahim Boubacar Keita seul RESPONSABLE des dérives en cours et réaffirme sa ferme détermination à atteindre pleinement son objectif : sauver Mali.
Le M5-RFP engage ses militants, partout où ils se trouvent à mettre en application toutes les consignes contenues dans son document intitulé « LES 10 COMMANDEMENTS DE LA DESOBEISSANCE CIVILE » du 10 juillet 2020.
Le Comité stratégique du M5-RFP prie pour le repos de l’âme des défunts dont le jeune Fayçal CISSE fauché par balles le 10 juillet 2020, présente ses condoléances aux familles endeuillées et souhaite prompt rétablissement aux blessés.
En raison du saccage du Siège de la CMAS, le point de presse du M5-RFP est reporté au dimanche 12 juillet 2020 à 16H30 au siège de la CMAS, pour informer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution de la situation.
Bamako, le 11 Juillet 2020
Pour le M5-RFP
Cheick Oumar SISSOKO
Issa Kaou N’DJIM
Choguel K. MAIGA

Selon la presse turque, le défenseur tunisien Syam Ben Youssef a décidé de quitter son club en Süper Lig.

L’Aigle de Carthage, qui défendait le maillot de la formation de Denizlispor, a informé ses dirigeants qu’il ne comptait pas aller au-delà de son contrat qui expirait le 30 juin dernier. La formation turque aurait de son côté constaté l’absence du tunisien des entraînements à travers les voies légales pour demander réparation précisant que Syam Ben Youssef avait quitté le club avant la fin du championnat et n’avait pas respecté les recommandations de la FIFA à ce sujet.

Lire l'article Syam Ben Youssef: Le Tunisien quitte la Turquie sur Africa Top Sports.

Calendrier

« Juillet 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31