MaliKonokow.com

MaliKonokow.com

Capture d’écran 2020-07-03 à 12.06.32L’esplanade de la bourse de travail a servi de cadre ce jeudi 2 juillet pour le rassemblement populaire pour demander la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, enlevé depuis le mercredi 25 mars 2020 dans sa circonscription électorale, soit 100 jours. Il est organisé par les femmes et les jeunes de son parti URD (Union pour la République et la Démocratie). Au présidium, on pouvait noter la présence du président national de la Jeunesse de l’URD, Abdramane Diarra avec à ses côtés Mme Adiawiakoye Ramatou Koné, la présidente des femmes de l’URD, Mme Cissé Astan Traoré, l’épouse de Soumaïla Cissé, Moctar Ousmane Sy, porte-parole du Collectif pour la Libération de Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, ministre sortant des Affaires Etrangères et des Relations Internationales, Salikou Sanogo, vice-président de l’URD et beaucoup d’autres responsables de la scène politique malienne.

Ils étaient nombreux à prendre d’assaut l’Esplanade de la Bourse de travail pour réclamer la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, séquestré par les individus non identifiés depuis le 25 mars dernier lors de sa campagne dans sa circonscription électorale (Niafunké, région de Tombouctou). Ainsi, lors de cette manifestation, sur les pancartes, ses militants et sympathisants notaient : ‘’IBK, Bientôt c’est quand ?’’ et ‘’Libérez Soumaïla Cissé’’.

Premier à intervenir, le vice-président de l’URD, le Prof. Salikou Sanogo a d’abord félicité les femmes et les jeunes du parti pour l’organisation de ce grand rassemblement populaire et d’avoir conduit des actions courageuses sur le terrain en vue de la libération immédiate de Soumaïla Cissé. « Je saisis également cette occasion pour remercier les nombreux Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur ainsi que les autres amis du Mali et de Soumaïla Cissé qui n’ont ménagé leur peine pour aider à travers une multitude d’actions dans la perspective de la libération du président Soumaïla Cissé » a-t-il déclaré.

Il ajoute de ne pas avoir omis d’exprimer leur reconnaissance aux autorités maliennes, en l’occurence à l’ex PM Ousmane Issoufi Maïga et son équipe pour l’engagement sans faille dans la recherche d’un dénouement heureux de cette affaire délicate.

« Notre président Soumaïla Cissé manque terriblement au peuple malien » a clamé le Prof. Salikou Sanogo.

A son tour, au nom de son collectif, Moctar Ousmane Sy a exprimé son indignation et sérieuse inquiétudes face  à la situation extrêmement préoccupante de l’honorable Soumaïla Cissé. Cela fait 100 jours, désespère-t-il, que nous sommes privés de celui qui symbolise la modernité en politique pour toute une génération de cadres sur le continent africain. « Pédagogue, persévérant et surtout pacifiste, il s’évertue, parfois à son détriment, à assurer l’équilibre d’une démocratie douloureusement acquise et encore fragile.  Le 25 mars 2020, il est tombé dans un affreux piège. A nous de l’en sortir » a affirmé M.Sy. Et d’insister qu’il est de notre devoir de crier notre indignation et de mettre la pression sur tous les acteurs pouvant disposer d’information ou de moyens de négociation avec les ravisseurs de Soumaïla Cissé. « Notre collectif cherche toujours une réponse à la question : ‘’Bientôt c’est quand ?’’ » a-t-il lancé comme message.

L’un des principaux organisateurs de cette manifestation, Abdrahamane Diarra, président de la jeunesse URD a rappelé que l’honorable Soumaïla Cissé non moins chef de file de l’opposition et sa délégation ont été l’objet d’un rapt dans le cercle de Niafunké. Un rapt, selon lui, qui a occasionné la mort de feu Mohamed Cissé, son garde-corps et blessé Amadou Yattara et Boury N’Dao qui se rétablissent de leurs blessures. « Depuis, nous sommes au 100ème jour de captivité et de détention injustes du président exécutif de l’URD.100 jours longs et difficiles pour nous est très dur pour  l’honorable Soumaïla Cissé ». Cela, si l’on sait que : « personne n’a jusqu’à présent revendiqué son enlèvement nous ne savons pas où il est détenu ; nous ne savons pas dans quelles conditions il est détenu, nous ne savons comment il va, nous ne savons pas pourquoi il est détenu » s’est interrogé le président de la jeunesse URD.

Il a indiqué que cette affaire de rapt de Soumaïla Cissé est celle de tous les Maliens. « Nous avons suivi avec beaucoup d’espoir la déclaration faite par le président de la République SEM Ibrahim Boubacar Keïta qui affirmé que son frère et cadet est en vie, qu’il sait où il se trouve et qu’il nous reviendra bientôt. Et cela fait 16 jours que nous sommes dans l’attente de ce bientôt et ‘’Bientôt’’, c’est quand ? Oui M. le président, Bientôt c’est quand ? » a questionné M. Diarra.

Il a ensuite demandé à la communauté internationale de s’impliquer davantage auprès des autorités maliennes pour la libération immédiate de Soumaïla Cissé.

Présente également, Mme Cissé Astan Traoré, l’épouse de Soumaïla Cissé a remercié toutes les personnes qui s’investissent sur cette action de libération et imploré les ravisseurs de son mari de le lâcher pour qu’il puisse regagner sa famille.

Par Mariam SISSOKO

L’Aube

Mali : covid19 : les services de santé ont enregistré ce lundi 06 juillet, 1 nouveau cas, 20 guéris et 0 décès.

FB_IMG_1594050989407

Annoncé avec insistance du côté de Naples et parti visiter les installations du club italien il y a quelques jours, Victor Osimhen n’est peut-être plus loin d’un transfert vers la formation de Serie A. C’est ce qu’a révélé son agent, Osita Okolo.

D’après ce dernier, l’actuel attaquant de Lille est en pleine réflexion depuis sa visite et devrait donner une réponse définitive dans les prochaines heures.

 « Dans les prochaines heures, Victor fera son choix. La ville, les gens et Naples lui ont fait bonne impression. Victor a rencontré De Laurentiis et Gattuso, il a entendu dire qu’il serait un acteur important dans l’équipe. Mais maintenant nous attendons sa décision, Osimhen réfléchit et dans les prochaines heures il fera son annonce », a indiqué le représentant du Nigérian pour TMW, propos relayés par Maxi Foot.

Choisira-t-il d’aller à Naples ou préférera-t-il une autre destination ? On le saura très bientôt.

Lire l'article Victor Osimhen : Naples ou un autre club ? La réponse du Nigérian dans les prochaines heures sur Africa Top Sports.

Comm

Un mandat international a été lancé par les autorités gouvernementales contre un proche de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Soro Guillaume. C’est le 2 juillet dernier que la justice a pris cette décision.

Commandant Fofana Abdoulaye, ancien aide de camp de Soro Guillaume est la personne visée par le mandat d’arrêt international lancé par les autorités judiciaires ivoiriennes le 2 juillet dernier.

L’on reproche à l’aide de camp de Soro Guillaume de s’être exprimé sur les réseaux sociaux en tenu militaire et d’avoir lancé des messages visant à la déstabilisation du pays.

Le mandat d’arrêt a été signé des mains de M. Coulibaly Ousmane Victor, vice-président et doyen des juges d’instruction. Le numéro du mandat d’arrêt est le suivant : S/n°694/DJI Abij/ CD. Selon nos sources, ce mandat d’arrêt a été fait à la demande du ministère de la défense.

L’on reproche aussi à l’ancien commandant déserteur, natif d’Adjamé, ( Commune d’Abidjan) d’avoir violé l’article 148 du code pénal.

L’ex-commandant, titulaire du matricule SM/Mécano 34868 de la garde républicaine, a été radié des effectifs militaires par la décision N°5478/19/EMGA/DORH du 24 octobre 2019, pour désertion. Après sa radiation, le concerné s’est retrouvé en exil comme son mentor.

Rappelons qu’après le retour manqué de l’ancien Président de l’assemblée nationale, Soro Guillaume, en Côte d’Ivoire un mandat d’arrêt a été lancé contre lui et plusieurs membres de son parti, Générations et Peuples Solidaires (GPS) ont été arrêtés et jetés en prison, où ils sont jusqu’aujourd’hui.

L’article Côte d’Ivoire : un mandat d’arrêt international lancé contre un proche de Soro Guillaume est apparu en premier sur AfrikMag.

Alors que se pose la question de son avenir à Naples, Faouzi Ghoulam est revenu sur le sujet dans un entretien avec Sky Sports. Pour l’international algérien, qui commence à retrouver sa forme et à être apprécié par son entraîneur, la chose la plus importante pour lui en ce moment est d’avoir de nouveau la belle réputation qu’il avait il y a quelques saisons.

«Il me reste encore deux ans de contrat avec mon club de Naples. Le plus important pour moi actuellement est de retrouver mon meilleur niveau », a-t-il fait savoir.

Très apprécié récemment par Gennaro Gattuso qui dit l’avoir de nouveau mis dans ses plans, le latéral algérien entend se concentrer totalement sur ses performances.

«Je sais que j’ai la confiance du coach. Donc, rien d’autre ne m’intéresse. Après une longue absence des terrains, mon objectif est de retrouver la plénitude de mes moyens ».

Lire l'article Naples : Faouzi Ghoulam veut retrouver la plénitude de ses moyens sur Africa Top Sports.

L'économie marocaine se serait contractée de 13,8% au deuxième trimestre 2020, après une hausse de 0,1% le trimestre précédent, sous l'effet de la crise actuelle due au Covid-19, indique le haut commissariat au plan (HCP), une institution chargée de la statistique.

 Ceci est attribué à une baisse de 14,4% de la valeur ajoutée non-agricole et d'un repli de 6,1% de celle de l'agriculture, a précisé le HCP pour qui cette baisse est en partie due au repli de la la demande étrangère adressée au Maroc, qui se serait infléchie de 18% au deuxième trimestre 2020.

Quant aux exportations en volume, elles auraient en effet baissé de 25,1%, au lieu de -3,1% un trimestre plus tôt, « pénalisées par le repli des expéditions de la plupart des secteurs, en particulier de l'automobile, du textile et cuir et de l'aéronautique ».

Cette tendance baissière est enregistrée aussi au niveau des importations qui se seraient, pour leur part, infléchies de 26,7%, « impactées par le recul des achats des biens d"équipement, des produits énergétiques, des biens de consommation, des produits bruts et des demi-produits ».

Seules les achats de biens alimentaires auraient résisté à cette conjoncture, « alimentées par les achats des céréales, des aliments de bétail et du sucre », selon le HCP.

Au troisième trimestre 2020, la baisse de la valeur ajoutée hors agriculture s'atténuerait progressivement, avec la reprise des activités du commerce, du transport et des industries manufacturières, s'établissant à -4,1%.

Compte tenu d'un abaissement de 5,9% de la valeur ajoutée agricole, l'activité économique régresserait de 4,6%, au lieu de +2,4% au troisième trimestre 2019, relève HCP, cité toujours par la publication.

Cet article Maroc : L’économie nationale se serait contractée de 13,8% au 2ème trimestre 2020 sous l’effet de la Covid-19 est apparu en premier sur Journal du Mali.

Le portefeuille du troisième C2D (Contrat de désendettement et de développement », initiative d'allègement de la dette ivoirienne par la France, est estimé à 751,07 milliards Fcfa, a indiqué lundi à Abidjan, le ministre de l'Économie et des finances, Adama Coulibaly.M. Adama Coulibaly, représentant le Premier ministre ivoirien, s'exprimait lundi à la Primature, à l'occasion du lancement de la mission d'instruction du 3e C2D, mécanisme de refinancement des échéances de dettes remboursées sous forme de dons. 

La mission d'instruction comprend la partie ivoirienne, regroupant des départements sectoriels, et une délégation française venue échanger sur les modalités de signature du troisième C2D. Un autre staff de la mission française a, depuis Paris, suivi la cérémonie de lancement par visioconférence.  

Faisant un bilan du C2D, Mme Léa Djatti, coordonnateur et responsable du secrétariat technique de l'initiative, a précisé que le portefeuille, objet d'instruction du 3e C2D, résulte du « total restant » du C2D, estimé à 751,07 milliards Fcfa, soit 1,125 milliard d'euros. 

Pour ce 3e C2D, dira-t-elle, il y a des échéances de remboursement de dettes (en avril et octobre) avec des montants définis d'accord partie. Ces échanges qui se dérouleront notamment lundi, mardi et vendredi, devraient définir les axes stratégiques et les enveloppes budgétaires sectorielles.

Tenant compte des défis et priorités de l'Etat ivoirien, la mission d'instruction du 3e C2D devra mettre en cohérence les axes stratégiques avec le Programme national de développement  (PND 2021-2025), les échéanciers de ce nouveau contrat et les enveloppes budgétaires sectorielles.    

Selon M. Adama Coulibaly, les axes prioritaires sont notamment la sécurité, l'éducation-formation et l'emploi, la technologie, le transport avec la ligne 1 du métro d'Abidjan et la résilience climatique. Ces différents axes sont liés aux défis socio-économiques actuels du pays. 

L'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE par la Côte d'Ivoire, le 26 juin 2012, a ouvert la voie à la signature d'un accord bilatéral d'annulation de la dette, le 24 juillet 2012, qui a consacré 1902,27 milliards Fcfa  (2,9 milliards d‘euros). Et, 600 milliards Fcfa ont fait l'objet d'annulation sèche.  

L'Etat de Côte d'Ivoire a signé le 1er décembre 2012, le premier C2D pour un montant de 413,25 milliards Fcfa (630 millions d'euros) et le deuxième C2D, le 3 décembre 2014, pour un montant de 737,95 milliards Fcfa  (1,125 milliard d'euros). 

A ce jour, ce sont 1 151,25 milliards Fcfa, représentant les deux premiers C2D qui ont été mobilisés pour la mise en œuvre de programmes socio-économiques, financés dans divers domaines. Les appuis-projets sont estimés à 889,83 milliards Fcfa  (77,22%) contre 261,37 milliards d'appui budgétaire (22,7%). 

Mme Djatti a relevé que toutes les conventions de financement des projets (29) ont été signées, soit 100% d'engagement des 1 151,25 milliards Fcfa. En outre, 1 077,41 sur les 1 151,25 milliards ont été remboursés et reversés sur le compte du C2D à la BCEAO. 

Elle a toutefois souligné qu' « il reste l'échéance d'octobre 2020, de 73,8 milliards Fcfa, prise en compte dans la mesure de moratoire de la dette publique extérieur e, décidée par le Club de Paris, sous l'impulsion de la France ». 

Depuis 2012, la France a été un partenaire majeur dans la mise en œuvre des plans nationaux de développement en Côte d'Ivoire, à travers divers instruments de financements parmi lesquels le C2D et les prêts souverains de l'AFD.  

L'ambassadeur de la France en Côte d'Ivoire, Gilles Huberson, s'est félicité de ce levier de coopération qui reste « la colonne vertébrale du partenariat franco-ivoirien, fort des huit ans d'existence et de deux (C2D) successifs, avec 1 151 milliards Fcfa ». 

En matière d'aide publique au développement, la France reste le premier pays bailleurs en Côte d'Ivoire, devant les États-Unis et la Commission européenne. La santé, selon M. Huberson, demeure un domaine prioritaire pour Paris.  

Aujourd'hui, tous les projets du premier C2D sont, soit achevés, soit en voie d'achèvement sauf l'INFF et la mise en oeuvre de la reforme de l'ETFP. Pour le 2e C2D, toutes les conventions d'affectation des projets ont été signées et leur mise en œuvre est en cours d‘exécution avec des ouvrages déjà livrés.

Cette mission se déroule dans un contexte particulier, marqué par la pandémie à Covid-19 qui touche tous les pays du monde. La pandémie a par ailleurs provoqué un ralentissement des travaux dus à cette situation de crise sanitaire. 

Cet article Côte d’Ivoire: le portefeuille du 3e C2D estimé à plus de 751 milliards Fcfa est apparu en premier sur Journal du Mali.

Calendrier

« Juillet 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31